empreintes

En mars 2015, Chloé Hervieux et Lise Maussion sont parties à la rencontre de l’Ehpad de l’Alboussière, l’école de St Julien du Serre, les hôpitaux de jour d’Aubenas et du Teil, et la maison d’arrêt de Valence. Elles ont passé une semaine dans chaque lieu pour proposer à ses occupants de travailler sur l’empreinte.
 

A partir de prise d’empreinte de la partie du corps de leur choix, les participants étaient invités à parler d’eux, et à transfigurer cette empreinte pour inventer un être imaginaire.

 

A la suite de ces résidences les artistes ont répété un mois une forme, Promenade, qu’elles ont présentée en mai dans les lieux visités.

Yvonne

 


Tout le monde n'arrive pas jusque-là. Quand on en est là, il ne reste plus que le regard. Je ne savais pas. Je n’étais pas préparée.


Le travail de l'enfant et le travail de l'adulte, on ne peut pas le comparer. Quand on travaille, c'est fini. On fait des choses pour le pays, pour la société, pour tout ce qui nous entoure. Quand on est enfant, on ne s'en soucie pas.


Enfant, j’apprenais très bien à l’école. La nuit, je rêve de choses idiotes. Sur le tableau ce matin, c’est écrit « dictée ». J’ai tout oublié !


Maman… L.O.U.I.S.E.

Lio

 


C'est une vieille dame. Ça se voyait. Elle avait des traits sur le visage, des cheveux blancs. Sur ses robes et ses bonbons, y avait plein de couleurs. Un jour je l'ai vue, elle était dans son lit. Quelqu'un lui donnait à manger.


Plume, on ne sera jamais fatiguées. On va monter très haut, et on ne sera jamais fatiguées. Même tout en haut de la tour Eiffel, on ne sera pas fatiguées.

télécharger l'intégralité d'Empreintes

​​​